1000 M2 : un espace artistique à Bègles

Situé dans un ancien bâtiment industriel ; 1000 M2 se compose de 800 m2 dédiés à la création d’ateliers partagés ainsi qu’une galerie d’art de 200 m2. L’espace extérieur est quant à lui utilisé comme espace de libre expression où les fresques murales des artistes résidents fleurissent. Cependant, ces fresques pourront évoluer au grès du temps, des envies et des invitations lors de divers évènements à venir

La scène locale girondine mise en avant

Le bâtiment est composé de 800m2 d’ateliers individuels investis par Charl Zarl, Chloé SAGNOL, EPIS, Mt., Jean Rooble, Landroïd, Stéphane Carricondo, Tomas Lacque et TRAKT. Chacun ayant son univers, c’est ainsi que le graffiti, la sculpture, la rupture visuelle, la recherche autodidacte mélangeant les genres, le surréalisme, l’insolite en fusion avec la technologie, la recherche vibratoire et spirituelle, le minimalisme et le sens du détail cohabitent au sein de cet espace de création.

Enfin, les 8 artistes résidents sont reconnus pour leur implication dans la vie culturelle et artistique régionale. 1000 M2 est donc un lieu dédié au développement professionnel et à la diffusion de la scène locale. Les 200M2 de galerie sont donc dédiés aux artistes et collaborations diverses.

1000 M2 Un espace ouvert au public

Le collectif prévoit d’animer des ateliers de découverte ou d’initiation à destination de tous les publics. De fait, des visites sont possibles, sur réservation pour le moment. Celles-ci sont disponibles via le site https://www.1000m2.org/visites/

Epis lecoktail 1000M2 EP1S
EPIS /photo @tezia

Aussi, nous te conseillons de suivre de près les actus sur le site (onglet « programme 1000 M2 » et « réserver votre visite »)

Une première exposition:

Suite aux visites des ateliers lors de l’inauguration, 1000 M2 propose sa première exposition. « Ruptures » du vendredi 12 dimanche 14 février par Mt. (Pensez à réserver sur leur site internet).

INFOS UTILES

A noter que le site internet https://www.1000m2.org est réellement le lieu où se trouvent toutes les infos concernant les expos et évènements à venir.

Landroïd/ photo @tezia

Source article : communiqué de presse 1000M2. Photos réalisées lors de la visite inaugurale de décembre 2020. Remerciements aux artistes

Terrain d’entente : Rouge Hartley et Chloé Tiravy au cœur de la galerie Magnetic ArtLab

magnetic artlab

Terrain d’entente c’est le nom de la nouvelle exposition qui se tiendra du 4 décembre au 9 janvier prochain à la galerie Magnetic Artlab. Les deux artistes Chloé Tiravy et Rouge Hartley seront présentes ce vendredi 4 décembre, dès 17h pour le vernissage. Une occasion de venir les rencontrer!

Deux artistes, un seul terrain : l’émotion

La peinture possède son langage propre, et ne devrait avoir besoin de discours pour s’adresser à l’œil, au cœur, et à l’intelligence de celui qui la regarde. C’est ainsi convaincues que la peinture ne peut être réduite à l’illustration d’un énoncé conceptuel que Rouge Hartley et Chloé Tiravy lancent avec terrain d’entente une adresse directe. Revendiquant le droit au sentiment, à la poésie, à la narration et à la beauté.

Alors, leur direction est claire : multiple, inventive et sans contrainte. Ce qui fait naitre une collaboration originale avec un gout commun et passionné pour la figuration.

Résolument peintres

Chloé Tiravy est une peintre autodidacte. Elle envisage la toile comme la scène d’un théâtre. Aussi, ce qui s’y déroule est le fruit d´une mise en scène réfléchie: elle orchestre la mise en lumière et la chorégraphie des corps, et le décor est pensé à la manière d’une scénographie. Pour ce faire, dans ses peintures elle confronte de jeunes adultes à des objets du passé, à des symboles millénaires, et interroge ainsi la relation de notre propre génération à son héritage culturel.

Rouge Hartley est attachée au dessin et à la peinture, elle trouve sur les murs un droit à la figuration et à l’engagement. Diplômée des Beaux-Arts de Bordeaux en 2014, avec pour recherches principales : les enjeux de valeurs et de propriétés, le milieu urbain et ses précarités, et le féminisme.
Enfin, Rouge travaille depuis ses débuts par collage ou fresque dans l’espace public, parallèlement à une pratique rigoureuse en atelier. De ce fait, le mur et le quartier, comme la toile et le papier lui offrent l’occasion de figurations jamais symboliques mais toujours narratives.

Rouge Hartley peint pour le Mur Du Souffle en 2019,
photo @tezia

Pour en savoir plus et infos pratiques:

Vendredi 4 décembre 17h est un moment à ne pas manquer pour rencontrer les artiste et apprécier leur travail. RDV à la galerie Magnetic Artlab (Place Paul et Jean Paul Avisseau -Chartrons)

  • Pole Magnetic

Instagram : PLMGTC
Facebook : Magnetic ArtLab
Vernissage Sur inscription uniquement (mesures sanitaires) :
https://calendly.com/terraindentente/vernissage

  • Chloe Tiravy

Instagram : chloe_tiravy
Facebook : chloe.tiravy
www. https://www.tiravy.com

  • Rouge Hartley

Instagram : rouge.hartley
Facebook : rouge.hartley
www. https://www.rouge-art.net

Asu : calligraphie et révélation spirituelle

Asu Calligraphie

Nous avons pu rencontrer Asu lors de l’exposition arborescence qui se tient à la galerie Magnetic Artlab du 4 septembre au 10 octobre 2020. Avec une expérience de plus de 10 ans de calligraphie, à 30 ans aujourd’hui Asu vie à plein temps son art qui lui apporte également une dimension spirituelle.

Calligraphie du rêve à la réalité

Asu tire son blaze de «asubakatchin » qui signifie attrape rêve en amérindien.

A l’adolescence, Asu fait une école de peintre en lettre puis il étudie les arts graphiques à Lyon. Il arrête ses études. Asu se cherche, il sait qu’il veut travailler dans l’art. Mais quoi exactement ? Il l’ignore. Il avait très envie de toucher à la peinture mais ne le faisait pas. Une nuit il rêve qu’il fait de la calligraphie, c’est une révélation pour lui. Le lendemain matin il part acheter une calame.

La calligraphie :démarche spirituelle et multidimensionnelle d’Asu

Comme il se centre plus sur l’énergie que sur le texte, il crée son propre alphabet inspiré de la calligraphie arabe. Ses lettres sont également mêlées au solfège ; ainsi sa recherche graphique peut faire penser à des partitions.

« Je m’intéresse à la spiritualité, que tout ce qui vie vibre. Aussi, du fait de l’abstrait, chacun va faire sa propre interprétation, ce qui amène un effet de reflet. Tu ne vas pas voir quelque chose de concret, tu vas voir qui tu es par ce que tu ressens comme vibration ».

Ici il a pensé au thème de l’arborescence et c’est à chacun d’avoir sa libre interprétation. C’est un grand trait de la calligraphie abstraite : chacun peut voir des choses différentes et faire sa propre interprétation.

« Je n’écris plus rien, je ne veux pas écrire des choses, j’ai besoin que cela soit intuitif et vibratoire. »

Des couleurs choisies, dépendantes des humeurs de Asu .

Très inspiré par Espagne et l’ Orient, Asu aime faire penser au sacré « j’utilise de l’or, du rouge, du bleu et du bordeaux, cela évoque pour moi les mosaïques et les vitraux, quelque chose d’ordre spirituel »

« Je peins en fonction de mon humeur. J’aime le parallèle d’améliorer mon art et m’améliorer en tant que personne. Plus je me cherche plus je me trouve et plus je trouve mon art ».

Un travail de la matière :

Asu aime l’idée de chercher à l’intérieur des choses, de transformer un élément ancien en un nouveau sujet. Pour lui cela revient à se purifier, évoluer, comme peut le faire un être humain.

Il a l’idée de recouvrir des toiles anciennes qu’il n’aimait pas. Accidentellement la peinture ne tenait pas car c’est compliqué de recouvrir une peinture métallique.

« Je cherchais à rendre mon travail plus texturé, à lui donner du relief. J’ai commencé à recouvrir puis j’ai vu que la peinture s’écaillait. Puis l’ancienne œuvre avec ses courbes de calligraphie est réapparue, se mêlant subtilement à la nouvelle composition. »

« Au moment où je réalise cette idée, j’ai commencé à avoir peur lorsque j’ai vu la peinture qui commençait à bouger et s’écailler, je ne savais pas vraiment où j’allais, c’était une réelle découverte, une prise de risque, mais j’étais satisfait du résultat. »

Toile N°6, collection Archéologie, photo @tezia

Ce nouveau procédé qu’il découvre lui fait penser à quelque chose d’antique et d’oublié qui peut resurgir. Le fait que ce qui est représenté soit abstrait renvoie à cette sensation que peut avoir un archéologue « on ne sait pas encore totalement ce qui est écrit en Egypte par exemple »

Les calligraphies d’Asu ne portent pas de nom mais des numéros. « C’est moins propice à guider l’interprétation ». Son univers riche en évolutions réunis donc couleurs, formes, abstrait et libre interprétation.

L’exposition arborescence

La galerie Magnetic ArtLab présente l’exposition « Arborescence », analogie entre l’arbre et l’homme autour d’un langage universel, l’expression artistique.
Comme l’écrivait Platon: « L’homme est une plante céleste. »
« Des lignes de vie ciselées dans la paume des mains à la ramification généalogique, des racines comparables au système vasculaire à l’image des forêts associée au poumon de la Planète, ou encore une silhouette structurelle identique » ‟Arborescence” a résonné comme une évidence.
Décalée, graphique, abstraite, spirituelle, vibratoire, symbolique ou poétique mais toujours sincère, toutes ces forces d’interprétation nous donneront à se reconnecter à l’essentiel. (source texte: plmgtc).

Sensible aux personnes en situation de handicap, la galeriste Pierre Lecaroz propose une forme d’exposition innovante : guide en relief au sol, support en brailles et audio

En savoir plus:

Street Art By Vatel Bordeaux Remet le Couvert.

Image street art by vatel

Suite à la première édition de « l’exposition concours Street Art by Vatel » organisée en 2019 et remportée par Dyox, Cost et AT. C’est avec plaisir que nous voyons aboutir la seconde édition de cet événement annuel qui à mobilisé cette année 87 artistes de 21 nationalités.

Couverture @Vatel Bordeaux

Le thème #ACTFORTHEPLANET, un choix des étudiants Vatel.

La première édition Street Art by Vatel Bordeaux avait pour sujet la Multiculturalité. (relire notre article sur Dyox ici : Dyox la couleur dans la peau)

Cette année les étudiants ont choisis de mettre en avant la sauvegarde et la preservation de notre planète et de notre environnement.

87 artistes ont donc envoyé au préalable leur maquette en 90*30cm, 35 ont été sélectionnés. Ils sont exposés jusqu’au 29 septembre à CAP Sciences (Hangar 20, Quai de Bacalan, 33300 Bordeaux).

L’exposition Street Art By Vatel Bordeaux:

C’est une exposition gratuite, qui se déroule au 2ème étage de CAP Sciences. Elle est visible jusqu’au 29 septembre inclus. Les artistes présentés sont:

Alexandros Simopoulos – Angèle -Anis Anis – Bibi Una – Brian Caddy – Dan Ferrer – DEAR – DHOA – El Marto – GonçaloMAR –
Heavy.mentall – Jæn – Jotapê Pax – KIWIE – Koye & Énoraone – LadyBug – Lesivo – Loraine Motti – Luogo Comune – Mike Makatron Art – Mr.THOMS – Monsieur PLUME – Muzai – NATCH – Nemo & Meki –
Samir – Mohamed Sayad – Sêma Lao – Slim – Supa Smoka – Sofia Castellanos – Takir – Ulys (JulieRegard – sly2) – Urka – Zesar Carrion.

urne concours street art by vatel

Il est possible de voter sur place pour 5 œuvres grâce à cette urne

Le concours Street Art By Vatel Bordeaux:

L’exposition et son concours attenant engendre 3 prix différents. C’est Aurélien Desailloud, Directeur Artistique de l’Institut Culturel Bernard Magrez et Président du Jury qui les remettra le 29 septembre.

Le prix du Jury:

Dyox realise sa fresque devant les étudiants de Vatel
Dyox, Gagnant du prix du Jury 2019 réalise sa fresque sur le mur de lécole Vatel devant les étudiants. Photo @tezia

Le jury de Street Art By Vatel Bordeaux est composé majoritairement d’artistes. Leur technicité et expertise est un atout nécessaire car le gagnant aura l’honneur de réaliser sa fresque sur le mur de 3 mètres sur 9 mètres de l’Ecole Vatel Bordeaux, 4 Cours du Médoc. Elle y restera un an, jusqu’au prochain concours. Le gagnant remporte également 3000€. Les membres du jury sont :

Aurélien Desailloud, Directeur Artistique de l’Institut Culturel Bernard Magrez – Régis Glorieux ,Président de Vatel Bordeaux – l’artiste A-MO – l’artiste Charles Foussard – l’artiste Stéphane Carricondo , Membre du Collectif 9e Concept & Directeur Artistique de la Fondation Desperados pour l’art urbain – l’artiste EP1S , membre du collectif Le Coktail – une étudiante de Vatel Bordaux – Radouane-Cyrille Jaber , Conseiller municipal délégué Mairie de Bordeaux -Bernard BlancMaire-adjoint du quartier Chartrons, Grand Parc, Jardin Public- Olivier Occelli, Directeur Général Office de Tourisme et des Congrès de Bordeaux Métropole

Le prix des visiteurs et le prix des internautes:

Deux prix distincts mais qui ont la même particularité: c’est uniquement le public qui décide! Les gagnants remportent 800€ par prix et exposent durant un mois aux Tables Vatel Bordeaux.

C’est très simple: Lors de votre visite, vous pouvez voter grâce à un bulletin de vote Street Art By Vatel Bordeaux mis à disposition sur place. On rappelle que l’exposition est gratuite! Vous participez ainsi au prix des visiteurs.

Votez en ligne : www.vatel.fr/streetartbyvatelbordeaux en renseignant votre adresse mail et en confirmant votre vote via celle-ci. Vous participez ainsi au prix des internautes.

Alors il ne faut pas hésiter à voter en ligne une fois votre visite effectuée!

La remise des prix Street Art By Vatel Bordeaux s’effectue le 29 septembre de 18H à 21. Il est possible d’y participer sur inscription et dans la limite des places disponibles : https://cutt.ly/Ss6B9Hi

Pas d’image, on vous laisse découvrir et apprécier par vous même cette exposition jusqu’au 29 septembre! Et n’oubliez pas: votez pour vos artistes préférés!

Dyox concours Vatel 2019
Dyox, Gagnant du concours 2019, photo @tezia

En savoir plus:

Remerciements à: Alexandra Gomez, Directrice Promotion et Communication, Vatel Bordeaux.

Rouge – La nuit n’en finit plus

Photos de l’exposition de l’artiste Rouge, qui s’est déroulé à l’institut Culturel Bernard Magrez du 13 septembre au 3 novembre 2019

Titre emprunter à une chanson de L’artiste Petula Clark , la nuit n’en finit plus est la premiere exposition solo de l’artiste Rouge.

Pour en savoir plus sur l’exposition : Article disponible sur le site par Nico Poussain

Pour suivre l’artiste sur instagram

Rouge posant avant une toile
Le mur modulable que l’artiste a peint lors de son exposition