Matth Velvet Bordeaux

Galerie des oeuvres de l’artiste Matth Velvet , pour en savoir plus sur son art : article en ligne sur son exposition « Standard Club » qui se déroule en ce moment à l’Institut Culturel Bernard Magrez à Bordeaux.

Matth Velvet dans les rues de Bordeaux

Des Capucins aux Chartrons, l’artiste à laissé ses couleurs sur les murs.

Les Blocstops sur les quais de Bordeaux par Mathh Velvet

Pendant l’été 2019, à donné un peu de vie à ses blocs de Béton

Volée pour pièces

L’oeuvre itinérante à été produite pour l’initiative « Court Circuit » porté par l’artiste Rouge et la Fondation Desperados à Bordeaux

Standard Club

Mur réalisé pour son exposition qui se déroule en ce moment à l’institut culturel Bernard Magrez , à Bordeaux.

« Maison ouverte rend voleur l’homme honnête » Photo par Tezia
« Maison ouverte rend voleur l’homme honnête » Photo par Tezia

1,2,3 Soleil – Seth à l’institut Culturel Bernard Magrez

Du 2 juillet au 27 octobre 2019 , l’artiste Seth à exposé à l’institut culturel Bernard Magrez dans le Chateau Labottière.

L’exposition a été l’occasion de découvrir ou de redécouvrir l’univers du Globe painter à travers ces peintures , installations et photos de ses oeuvres à travers le monde. 

« Mes peintures sont des portes qui s’ouvrent sur un monde imaginaire auquel chacun peut s’identifier »

Seth

Son empreinte dans le chateaux 

Dans les salles du Chateau , l’artiste a retranscrit quelques morceaux choisis de ses voyage à travers le monde, a l’aide de peintures , photographies et oeuvres In Situ. 

Seth – Installation Institut Culturel Bernard Magrez – 2019 – Photo par NicoPoussain

« Mes personnages sont le fruit de plusieurs années de peintures dans la rue, dans plus de cinquante pays différents. Simples dans leur représentions et facilement accessibles, ils cherchent à attirer l’attention du plus grand nombre et à toucher un public populaire. »

Seth – Installation Institut Culturel Bernard Magrez – 2019 – Photo par NicoPoussain

Les collaborations

Seth a fait appelle d’autres artistes pour partager quelques pièces de son exposition.

L’artiste chilien Mono Gonzalez, a participé a cette oeuvres In Situ.

Seth et Mono Gonzlalez – Installation Institut Culturel Bernard Magrez – 2019 – Photo par NicoPoussain

Dans cette salle, Seth a fait appelle à Pascal Vilcollet pour cette installion.

Seth et Pascal Vilcollet – Installation Institut Culturel Bernard Magrez – 2019 – Photo par NicoPoussain

Quelques toiles réalisées avec l’artiste Nasty 

Seth et Nasty – Institut Culturel Bernard Magrez – 2019 – Photo par NicoPoussain
Seth et Nasty – Institut Culturel Bernard Magrez – 2019 – Photo par NicoPoussain

« Souvent assis et de dos, ces figures enfantines permettent à chacun de s’identifier. Ils parlent à l’enfant qui sommeille en chacun de nous. Tout aussi absents que présents, on ne sait rien de leurs états d’âmes, de ce qu’ils regardent ou de leurs sentiments. A chacun d’y voir ce qu’il veut. »

Seth

Ses oeuvres

Seth – Magrez – Photo Par NicoPoussain
Seth – Institut Culturel Bernard Magrez – 2019 – Photo par NicoPoussain
Seth – Institut Culturel Bernard Magrez – 2019 – Photo par NicoPoussain
Seth – Institut Culturel Bernard Magrez – 2019 – Photo par NicoPoussain
Seth – Institut Culturel Bernard Magrez – 2019 – Photo par NicoPoussain
Seth – Institut Culturel Bernard Magrez – 2019 – Photo par NicoPoussain
Seth – Institut Culturel Bernard Magrez – 2019 – Photo par NicoPoussain
Seth – Institut Culturel Bernard Magrez – 2019 – Photo par NicoPoussain

Mon travail est une promotion de la puissance de l’imagination. J’enjoins le spectateur à une introspection qui lui fera apercevoir, le temps d’un instant, que la richesse n’est pas qu’une question matérielle mais qu’elle est en chacun de nous. Peu importe nos vies, ce qui compte n’est pas ce que nous avons, mais surtout ce que nous sommes. « 

Seth

Pour en savoir plus sur l’artiste, la suite dans l’article écrit par Tezia

Rouge Hartley à l’Institut Culturel Bernard Magrez – La nuit n’en finit plus

«  Le rouge est un champ Chromatique, allant entre l’orange et le pourpre, lavé de blanc le rouge devient rose, sombre il s’appelle Brun »

Cette définition du rouge, correspond au travail de Rouge Hartley; multidisciplinaire, qui oscille entre le street-art, l’art contemporain et l’art classique. 

Une chance pour nous de rencontrer Rouge Hartley lors du vernissage de son exposition , qui se tient actuellement à l’institut culturel Bernard Magrez.

La nuit n’en finit plus … Le titre de son exposition vous dit quelques choses ? 

Peut être une phrase que vous vous êtes murmuré lors d’une soirée d’insomnie, de réflexion ou de dur labeur. La nuit est propice à nous retrouver avec nous mêmes. 

Cette phrase, elle l’a emprunté à une artiste de variété des années 60, Petula Clark. Chanson qui l’accompagne lors de la création de son exposition en à l’institut, et que l’on retrouve dans les titres des tableaux.

«  L ‘exposition est beaucoup plus refermée sur l’espace domestique , sur l’intime, sur l’espace intérieur. Avec des personnages qui affrontent des passages a vide. Alors que d’ordinaire je vais plus sur des sujets un peu plus sociaux et plus ouvert vers l’extérieur  » 

Rouge

Le temps de création est pris. Contrairement à l’art Urbain: une performance qui demande beaucoup de célérité et d’organisation.

Rouge Hartley complète une façon de faire qui lui vient de son parcours a l’Ecole des Beaux Arts de Bordeaux avec son expérience dans le street art. C’est son procédé afin de nous conter des histoires et des moments de vie.

Rouge Hartley: une inspiration par la lecture, la musique, et les moments de vie que nous traversons. 

En échos à cette nuit qui n’en finit plus, Rouge ne s’est pas donnée de ligne directive ou de thème. Elle met a plat sa pratique en réfléchissant aux passages du quotidien avec lesquels nous sommes confrontés.

« Partir du réel c’est hyper important , dessiner des choses générique ne m’intéresse pas »

Rouge

Pour décomposer son travail, elle est part de photos faites avec des modèle, des gens qu’elle connais avec qui elle a lien puis elle les met en scènes. Jouer sur les lumières, pour ensuite retranscrire en esquisse puis en peinture. Puis en ressortir quelque chose de singulier.

Ce sont des personnages qui affrontent des passage a vide dans leur stase un peu suspendu. Rouge à ainsi voulu ajouter quelques contrastes. Une touche de fond coloré, une densité matérielle donnée par les objets et notamment par les masses de tissus que l’on retrouve dans beaucoup de ses peintures.

« Tous doit être euphorique , incroyable , mais il y a des jours comme ça ou l’on rentre d’ikea, ou c’est pourris et que l’on a rien a se dire … et bien c’est pas grave »

Rouge

Son exposition se veut être ainsi un réflexion sur le quotidien que nous affrontons tous.

Son Actualité

logo mur du souffle

Dernièrement , Rouge a participer au Mur Du Souffle , en réalisant « une chambre à soi ».

Association Le Mur du Souffle

Le mur du souffle

Le mur du souffle est une association qui met des murs à la disposition d’artistes, qui vont venir les peindre de façon bénévole.

Par la suite, ces murs sont photographier pour être reproduit de différentes façon, les oeuvres qui en résultent sont mise à la vente pour soutenir la lutter contre la Mucoviscidose.

Pour vous procurez une oeuvre de Rouge et soutenir l’association c’est par ici : Une chambre à soi

Rouge Hartley et la fondation Desperados. Court circuit, un projet qui a pour but de partager l’art Urbain. 

Oeuvre de Rouge dans Bordeaux pour Courts-Circuits ©Luka Merlet

« Avec la commissaire d’exposition Maaike Hamerlinck à ses côtés, Rouge a invité 5 artistes de la scène urbaine contemporaine à créer des œuvres uniques et transportables.

Madame, Manolo Mesa, Isaac Cordal, Matth Velvet, Rero et Rouge elle-même ont ainsi imaginé 6 œuvres originales qui seront confiées à vie à 6 amateurs sélectionnés par un jury sur candidature. En échange de ce « prêt à vie », ces amateurs s’engagent à faire vivre les œuvres dont ils ont la garde auprès du grand public, en les promenant dans la ville de Bordeaux, au moins une fois par mois pendant 6 mois. »

Visible sur les murs de Solidarité Gironde , Rue Corps Franc Pommies, 33000 Bordeaux
Ca participation à la fresque du secours populaire , 95 quai de Paludate à Bordeaux
Fresque Visible sur le mur de la bibliothèque du grand Parc , au 34 rue Pierre Trebod
En duo avec l’artiste David Selor , visible dans le quartier de la gare.

Rouge – La nuit n’en finit plus

Photos de l’exposition de l’artiste Rouge, qui s’est déroulé à l’institut Culturel Bernard Magrez du 13 septembre au 3 novembre 2019

Titre emprunter à une chanson de L’artiste Petula Clark , la nuit n’en finit plus est la premiere exposition solo de l’artiste Rouge.

Pour en savoir plus sur l’exposition : Article disponible sur le site par Nico Poussain

Pour suivre l’artiste sur instagram

Rouge posant avant une toile
Le mur modulable que l’artiste a peint lors de son exposition